Saint-Samson-la-Poterie Harcèlement scolaire : Agathe a décidé de parler

Durant plusieurs mois, Agathe Delval a subi le harcèlement de plusieurs de ses camarades. L’adolescente de Saint-Samson-la-Poterie veut faire bouger les choses en témoignant.

30/05/2014 à 16:25 par pierre-emmanuelreger

Durant plusieurs mois, Agathe Delval a subi le harcèlement de plusieurs de ses camarades
Durant plusieurs mois, Agathe Delval a subi le harcèlement de plusieurs de ses camarades

Fragile mais aussi courageuse, Agathe Delval a décidé de parler pour “les autres élèves qui pourraient subir la même chose que moi”. Car tout cela aurait pu se terminer par un drame. En février dernier, la jeune fille qui habite à Saint-Samson-la-Poterie (canton de Formerie) a avalé une dose importante de médicaments et a dû être hospitalisée pendant cinq jours. C’est seulement à ce moment qu’a été découverte la situation de l’adolescente. “Je ne voulais pas en parler, j’avais peur des représailles”, confie-t-elle.

Agathe était pourtant scolarisée au collège Saint-Hildevert de Gournay-en-Bray depuis la 6e, sans problème. Mais à la rentrée de septembre, tout a changé.

“Il y a eu des rumeurs sur moi, tout est parti de là”. Une brouille d’adolescents qui prend alors des graves proportions. Car avec les nouvelles technologies, l’élève n’a plus de répit. Une fois chez elle, c’est sur les réseaux sociaux ou son téléphone portable qu’aurait continué le harcèlement. “Cela ne s’arrêtait pas, c’était infernal”, confie-t-elle pleine d’émotions.

Plainte déposée

Seul réconfort alors, une professeur à qui elle se confie et quelques amis qui la soutiennent. “Ce sont eux qui ont dit que j’avais pris des médicaments”, souffle-t-elle. Les parents d’Agathe ont décidé de porter plainte auprès de la gendarmerie de Grandvilliers. L’instruction étant en cours, les enquêteurs se refusent à tout commentaire sur le sujet.

Du côté de l’établissement, des mesures ont été prises. Pas de sanction contre les fauteurs de trouble, “faute d’avoir pu avérer les faits”, explique le directeur Éric Gilles. Durant plusieurs mois, une habitante de Saint-Samson-la-Poterie, Agathe Delval, élève de 3e, a subi un harcèlement de la part de plusieurs de ses camarades. “Des insultes, des moqueries. Cela ne s’arrêtait pas, j’avais même peur de sortir dans la cour de récréation”.

Respect de l’autre

Alexandra, la maman de l’adolescente, soutient la démarche de sa fille. “Il faut en parler, que les parents d’élèves soient prévenus de ce qui peut se passer au sein du collège. Et que les enfants comprennent que le harcèlement est quelque chose de grave”, s’énerve-t-elle. Éric Gilles assure d’ailleurs être encore plus vigilant sur ce qui peut constituer du harcèlement. “Tous les ans, des interventions sur cette problématique sont faites avec la gendarmerie. Le respect de l’autre est une valeur essentielle de notre projet éducatif. Toute la difficulté est de parvenir à détecter les problèmes car cela ne se fait jamais sous nos yeux ». Et si le harcèlement scolaire a pu exister de tout temps, “c’est une réalité qui est mieux prise en compte aujourd’hui”, selon le directeur.

Nouveau départ

L’adolescente de Saint-Samson-la-Poterie a aujourd’hui intégré le collège de Marseille-en-Beauvaisis où elle dit se sentir bien. “La mentalité est différente. J’ai expliqué à certains ce qu’il s’était passé à Gournay, je me suis sentie écoutée, comprise”. Un nouveau départ et un choix que respecte bien évidemment le directeur de Saint-Hildevert. “Mais si elle avait choisi de revenir, nous aurions tout fait pour qu’elle réintègre le collège dans les meilleures conditions”, précise-t-il.

Saint-Samson-la-Poterie, 60

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Votre opinion

Avez-vous l'habitude d'aller au marché hebdomadaire de Neufchâtel ?
Voir le résultat
Chargement ... Chargement ...
Résultats sportifs de votre région
Go

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne